Yoga pour aînés : des singeries ça!

Il faut que je vous raconte !

Par un beau matin d’automne, j’étais assise dans un café avec mon ordi à travailler ma fin de mois de comptabilité (grrrr !). J’avais pris soin de choisir ma boisson préférée et la table au soleil, question de m’énergiser et de me motiver un peu (hihi). Tout à coup, je vis arriver dans ma boite courriel le message d’un homme cherchant un prof de yoga dans ses résidences pour aînés. « Ma clientèle est très âgée et non autonome…»

J’ai hésité à prendre le contrat, par peur… Je me disais qu’il serait très difficile de faire du yoga avec cette clientèle (certains ont à peine conscience qu’ils sont dans un cours de yoga), que je manquais de compétence avec cette clientèle vulnérable, que je n’étais pas une professionnelle de la santé, qu’il y avait des risques… Voyez le genre.

J’ai dit OUI. En fait, je me suis rappelée les mots de mon mentor de yoga, Geneviève Laquerre: "en tant que prof, on doit adapter le yoga aux gens et non l’inverse". À l’époque, ses paroles s’étaient enracinées dans ma mémoire et dans mon cœur, et sont d’ailleurs devenues la mission de Thera yoga. J’ai donc dit oui, assumant du même coup le fait que je devrais sortir de ma zone de confort. Et j’en avais envie. Je trouvais mon réconfort en me disant que je serais une prof débutante avec une intention bienvaillante… Je comptais sur mon expérience d’adaptation du yoga à tellement d’autres clientèles, qui m’aiderait certainement. Je serais engagée pour être prof de yoga, et rien d'autre, sans aucun autre chapeau.